top of page
  • Photo du rédacteurClément Chaudier

La dualité du succès

Le succès est-il un mauvais professeur ? Dans ce second épisode, nous nous penchons sur l’ambivalence du succès. Tout le monde connait les immenses bénéfices qu’apporte le succès lorsqu’il décide de s’offrir à nous. En revanche, l’altérité de la réussite est moins consciente dans la pensée collective et dans nos systèmes éducatifs.


D’ailleurs, le général Georges Patton ne disait pas autre chose :


" Si tout le monde pense de la même manière, alors personne ne pense "


Le succès et son caractère aléatoire


La notion de succès revêt un caractère ambivalent qu’on décerne dès sa définition. En effet, elle comporte une part d’ombre. Personne ne connait la formule secrète ni les ingrédients qui en font sa recette.


La phrase “ le succès s’offre à quelqu’un” est d’ailleurs lourde de sens ; on y décèle bien le côté pernicieusement aléatoire et indépendant (de toute volonté) du succès.


Par exemple, le célèbre titre Les lacs du Connemara de Michel Sardou repose sur un coup de chance. Le bruit si particulier de la cornemuse dans la chanson est normalement impossible à jouer. Cette sonorité si particulière n’a eu lieu que par le froid de l’environnement extérieur qui a glacé le synthétiseur. L’effet “cornemuse” n’aurait donc du jamais avoir lieu…


Définition du succès


La réussite peut se définir de multiples manières et englober un tas de champs :


  • succès financier

  • succès professionnel

  • succès d’estime

  • succès personnel

  • ...


Celle du Petit Robert est toutefois intéressante. Selon le fameux dictionnaire le succès n’est autre que : ce qui arrive de bon ou de mauvais à la suite d’un acte ou d’un fait initial.


Le succès peut donc revêtir des aspects négatifs créant une sorte de menace plus ou moins floue.


le succès peut revêtir des aspects négatifs
le succès peut revêtir des aspects négatifs


Le succès ne s’achète pas mais il coûte


La dualité du succès se manifeste à travers divers écumes que nous allons à tour de rôle détailler.


Est-il utile de rappeler que le triomphe se nourrit de l’échec ?


Qu’il est nécessaire de passer par cette phase, désagréable mais ô combien formatrice, qu’est la défaite.Enfin, le succès ne produit pas uniquement des externalités positives. La réussite a un impact sur son destinataire et son entourage.


Elle modifie de facon irréversible le rapport au temps, à l’argent, au bonheur ; elle modifie la nature des relations et l’état de liberté.


Liberticide


Il n’est pas rare de voir certaines personnes prisonnières voire même esclaves de leurs succès.


À l’image d’un artiste qui n’arrive plus à se détacher de l’ombre géante de son tube planétaire. Pourtant, il semble nécessaire de s’émanciper de celui-ci afin de retrouver :


  • une liberté d’être (je ne me définis par qu’à travers ce que j’ai réussi)

  • une liberté créatrice (je ne suis pas obligé de faire que “cela”)

  • une liberté de se conserver (l'effort de chaque individu pour perséverer dans son être)

  • une liberté d’agir (face à la peur de ne pas faire aussi bien)


Excès de confiance


La confiance est l’exemple même de la dualité du succès. D’un côté, la réussite apporte une énergie incroyable et une confiance en soi permettant à chacun de gravir des montagnes.


De l’autre, il est facile de se laisser griser par la succès et de tomber dans la vanité, l’arrogance et l’ignorance.


Pression


Les réussites passées peuvent créer une pression constante pour maintenir ou dépasser ces niveaux de performance.


Cette attente se transforme parfois en fardeau difficile à supporter, générant des craintes d'échec et des doutes sur sa propre capacité à maintenir le succès.


Jean Rivolier évoque deux pressions notamment ; celle sociale et l’autre personnelle.

Il est l’un des pionniers de ce qu’on appelle “la psychologie du stress”.


L’auteur démontre, à travers ses travaux, que le passage à l’acte découle de la recherche d’un gain immédiat.


Ainsi, plus l’obtention du gain apparait comme difficile ou couteuse et moins la personne se décide à agir. Qu’il s’agisse d’une pression interne ou extérieur à soi, les facteurs de stress paralysent l’action car la peur de perdre devient supérieur à celle de réussir.


Peur de réussir


Voilà une transition pour évoquer un nouveau facteur du côté ambivalent du succès.


La peur du succès a été théorisée, par Horner, dans les années 60 et se définit comme :


une attitude qui consiste à ne pas déployer toutes ses capacités intellectuelles pour réaliser une tâche.

Cette peur de réussir se manifeste aussi bien avant qu’après la victoire.


A la peur de réussir s’ajoute généralement le phénomène d'imposture notamment - dans les cas de succès immense et rapide - auquel on n’est pas préparé.


C’est ce qu’explique, l’écrivain à succès Joel Dicker, dans le podcast Joel au Doigt d’argent.

Il a été protégé du syndrome d’imposteur car son succès fut le fruit d’un long travail d’apprentissage. Dicker explique avoir eu le temps de s’y préparer suite aux refus des maisons d’édition de publier ses 6 premiers ouvrages.


Passion obsessionnelle


En dernier lieu, la recherche effrénée de la réussite peut entrainer ce que les spécialistes appellent une passion obsessionnelle (PO).


La PO est l’origine du concept plutôt moderne de “workaholism” c’est-à-dire l’incapacité de contrôle face à la pulsion de travail qui oblige l’individu à s’investir coûte que coûte.


Comme dans tout comportement addictif, le but initial à savoir le succès est progressivement remplacé par la nécessité de s’investir corps et âme pour se sentir épanoui.e.


Trouver le juste équilibre


En fin de compte, la dualité du succès nous rappelle que la réalisation personnelle et professionnelle n'est pas une ligne droite mais plutôt un voyage sinueux avec des hauts et des bas.


Le succès est une expérience riche et complexe qui nécessite un subtil équilibre.

Au lieu d’appréhender les parts d’ombre du succès, il convient de les accepter afin de mieux les appréhender. Cette vision offre ainsi aux personnes qui la pratiquent un savoureux résultat : les défis ne sont pas des obstacles insurmontables mais des opportunités de croissance et d'apprentissage.




À toi de jouer 🧠


Si tu souhaites sauter le pas afin de trouver le psychologue qui te correspond, tu peux faire une demande de recommandation personnalisée.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page