Rechercher
  • ClĂ©ment Chaudier

CONSULTATION CHEZ LE PSYCHOLOGUE : COMMENT FAIRE DES ÉCONOMIES ? 💰


Comme le slogan d’un cĂ©lĂšbre club de foot français allons « droit au but » : consulter un thĂ©rapeute est un investissement financier important.


Celui qui vous dit le contraire est un menteur ou un escroc. C’est d’ailleurs l’un des arguments les plus repris par les dĂ©tracteurs de la psychothĂ©rapie. Certaines personnes n’hĂ©sitent pas Ă  s’abriter derriĂšre cet argument pour justifier leur incapacitĂ© Ă  sauter le pas.


Cela fait sens car c’est imparable : en moyenne une sĂ©ance chez un psychologue en Île de France coĂ»te quasiment 60€ (57,53€). A raison d’une sĂ©ance toutes les deux semaines cela reprĂ©sente un budget de 120€ par mois soit 720 € sur 6 mois. Cependant, une fois que l’on a dit cela, il est important de prĂ©ciser deux choses fondamentales.


Tout d’abord, il ne faut pas considĂ©rer la dĂ©marche thĂ©rapeutique comme un coĂ»t mais comme un INVESTISSEMENT

Ce qui change tout. J’utilise le mot investissement, Ă  dessein, car vous dĂ©boursez une somme dont le retour sur investissement n’est pas immĂ©diat. Cependant, une fois que vous avez obtenu les rĂ©sultats que vous cherchiez vous les conservez Ă  vie. DĂšs lors, la psychothĂ©rapie apparaĂźt logiquement comme un investissement rentable. De plus, comme il s’agit d’un investissement humain la valeur des gains obtenus ne se dĂ©prĂ©cie pas. Si on va plus loin, on peut mĂȘme avancer qu’elle est source d’externalitĂ©s positives*.


Plus vous ĂȘtes heureux et plus vous rendez les gens autour de vous heureux.

Enfin, vous dĂ©boursez de l’argent pour votre santĂ© mentale, votre bien-ĂȘtre, votre Ă©panouissement, votre bonheur en un mot. On ne parle donc pas d’un sujet superflu sans importance. Il est donc insensĂ© de ne pas prendre soin de soi en rognant ce poste de dĂ©pense au profit de choses matĂ©rielles superficielles.


Maintenant que ces précisions sont apportées, il faut savoir qu'il existe plusieurs moyens pour dépenser moins d'argent au cours d'une thérapie.


La premiĂšre solution et la moins onĂ©reuse est de se rapprocher d’un Centre Medico-Psychologique (CMP). Il s’agit d’un Ă©tablissement de soin public pluridisciplinaire (psychologues, psychiatres, infirmiers, aides-soignantes, assistantes sociales
) dont les frais mĂ©dicaux sont entiĂšrement remboursĂ©s par la sĂ©curitĂ© sociale. La contrepartie rĂ©side dans la difficultĂ© d’obtenir un premier rendez-vous rapidement ; comptez plusieurs mois d’attente.

A l’inverse, vous obtiendrez sans difficultĂ© un rendez-vous avec un psychologue en libĂ©ral. Cependant, la consultation de ce dernier n’est pas prise en charge par la sĂ©curitĂ© sociale. Pour obtenir une prise en charge, il faut se tourner vers les mutuelles qui proposent diffĂ©rents plans de remboursement.

AprĂšs un rapide benchmark, je vous ai rĂ©capitulĂ© le panel d’offre que propose les principaux acteurs du marché :


Les psychologues n’hĂ©sitent pas Ă  adapter leur tarif si la situation financiĂšre de leur patient est dĂ©licate. Qui plus est, la premiĂšre sĂ©ance est rĂ©guliĂšrement offerte par le psychologue. La raison est simple : le travail thĂ©rapeutique ne commence que lorsque le patient a effectivement dĂ©cidĂ© de poursuivre la thĂ©rapie avec le psychologue. De ce fait, la premiĂšre sĂ©ance consiste uniquement Ă  poser les bases d’une potentielle collaboration (faire connaissance, explications des modalitĂ©s
).


Un bon psychologue tentera toujours de trouver une solution afin que des difficultés financiÚres ne soient pas un obstacle à la démarche thérapeutique. Privilégiez donc le dialogue avec votre thérapeute.

Autre astuce afin de rĂ©duire le tarif de la consultation : privilĂ©giez les crĂ©neaux de consultation de 30 minutes. La durĂ©e de l’échange se verra fortement rĂ©duite mais vous payerez moitiĂ© prix par rapport Ă  une sĂ©ance d'une heure.


De plus, certains psychologues, lors de la premiĂšre consultation, dĂ©duisent de leurs tarifs un montant de 23 € qui correspond Ă  la prise en charge de la sĂ©curitĂ© sociale lors d’une consultation chez un mĂ©decin.


Le milieu associatif fait Ă©galement des choses formidables pour aider les personnes. Comme je l’avais mentionnĂ© dans mon article, comment choper le bon psy, les structures associatives offrent des soins thĂ©rapeutiques gratuits (aPSYtude, l’EPOC
).

Enfin, il existe depuis 2018 un nouveau dispositif gouvernemental dont l’objectif est de tester le remboursement des sĂ©ances chez le psychologue. Ce dispositif dĂ©ployĂ©, Ă  l’heure actuelle, sur 4 dĂ©partements (Bouches du RhĂŽne, Morbihan, Haute-Garonne et Landes) offre un remboursement intĂ©gral en tiers payant selon certaines conditions.


Tout d’abord, le psychologue doit ĂȘtre agrĂ©e c’est Ă  dire rĂ©fĂ©rencĂ© sur le site Ameli.fr de la Caisse d’Assurance Maladie. DeuxiĂšmement, la personne doit ĂȘtre ĂągĂ© entre 18 et 60 ans. Elle est dans l’obligation de passer par son mĂ©decin traitant qui doit valider la dĂ©marche thĂ©rapeutique.


Puis, aprĂšs une consultation d’évaluation par le psychologue, il faut retourner chez le mĂ©decin gĂ©nĂ©raliste pour qu’il dĂ©finisse le nombre de sĂ©ance Ă  faire avec le psychologue. Le cycle maximal Ă©tant de 20 sĂ©ance sur une annĂ©e civile. Chaque sĂ©ance avec le psychologue dure 30 minutes et est facturĂ©e 22€ qui vous sont remboursĂ©s par la sĂ©curitĂ© sociale. Si le gouvernement valide ce dispositif et le dĂ©ploie sur l’ensemble du territoire notre rapport Ă  la psychothĂ©rapie sera complĂštement bouleversĂ©.

Plusieurs solutions existent donc pour diminuer l’effort financier qu’implique une thĂ©rapie. À vous d’opter pour celle qui vous satisfait le plus.


NĂ©anmoins, si vous ĂȘtes motivĂ©(e) et enclin Ă  rĂ©aliser une thĂ©rapie ne laissez pas la question financiĂšre vous empĂȘchez d’accĂ©der Ă  votre Ă©panouissement personnel.
36 vues0 commentaire