Rechercher
  • ClĂ©ment Chaudier

La relation amicale peut-elle remplacer la relation thĂ©rapeutique ? đŸ€”


« Je n’ai pas besoin d’aller consulter un psychologue (
) si je souhaite parler de mes problĂšmes j’ai mes amis pour ça ».


Cette phrase on l’entend rĂ©guliĂšrement ; tout le monde connaĂźt dans son entourage, une personne qui s’en remet exclusivement Ă  ses amis lorsqu’il s’agit de ses problĂšmes personnels.

Il est par ailleurs Ă©vident que les relations amicales endossent un rĂŽle de bienveillance et de rĂ©confort lors de nos dĂ©boires respectifs. Qui ne s’est jamais improvisĂ© psychologue face Ă  un ami ressentant le besoin de s’étendre sur ses malheurs ?

Cependant, il est intĂ©ressant d’interroger les limites de cette maniĂšre de penser : l’amitiĂ© est-elle compatible avec une remise en question personnelle ? Un ami peut-il vraiment remplacer le travail d’un psychologue ?

LES LIMITES DE L’AMITIÉ

Commençons par enfoncer une porte ouverte : l’amitiĂ© est une chose formidable. Elle est nĂ©cessaire Ă  l’équilibre et l’épanouissement de chacun. NĂ©anmoins, quelle est la fiabilitĂ© de celle-ci dans la quĂȘte de renouer avec son estime de soi ?

Risque de biais et conflit d'intĂ©rĂȘt đŸ‘„

« L'ami est un autre soi-mĂȘme »

Cette phrase du psychanalyste Olivier Douville signifie que nos amis nous ressemblent pour la plupart. Nos relations amicales proviennent de nos différents cercles sociales : enfance, école, étude, travail, communauté religieuse, clubs de sport


Ils possĂšdent gĂ©nĂ©ralement le mĂȘme Ăąge et le mĂȘme style de vie. Il y a donc de fortes chances qu’ils soient en proie aux mĂȘmes doutes et questionnements. DĂšs lors, ils ne sont pas les meilleurs personnes pour vous conseiller. Leurs opinions risquent d’ĂȘtre faussĂ©es par leurs propres interrogations et incertitudes personnelles. Autre point important Ă  soulever est celui du conflit d’intĂ©rĂȘt.


Votre ami peut-il ĂȘtre pleinement sincĂšre dans sa maniĂšre de vous conseiller ? Peut-il se permettre de tout vous dire ?

Rien n’est moins sĂ»r... Les vĂ©ritĂ©s ne sont pas forcĂ©ment faciles Ă  accepter. Elles peuvent nuire Ă  votre amitiĂ© en vexant ou blessant la personne que vous essayez d’aider.

Message diluĂ© 💬


Enfin, une autre difficultĂ© se prĂ©sente Ă  celui qui tente d’aider ; en sa qualitĂ© d’ami son message risque d'ĂȘtre diluĂ©. En fonction de l’interlocuteur, la puissance du message vĂ©hiculĂ© n’est pas la mĂȘme. Parfois, le poids des mots est plus fort lorsqu’ils sont dit par une personne extĂ©rieure qu’un proche. Notamment quand il s’agit d’entendre quelque chose de dĂ©sagrĂ©able. Un avis neutre favorise la prise de conscience justement parce qu’il est neutre et que rien n’obstrue sa pensĂ©e.

Les dangers des mauvais conseils đŸš«

L’ultime danger qui guette les amis « aidants » lorsqu’ils Ă©changent avec leurs amis en dĂ©tresse est de prĂŽner de mauvaises suggestions. Dans le cas d’un personne fragilisĂ©e, une prĂ©conisation ou la maniĂšre de la formuler (mots, attitude, tonalitĂ©) peut s’avĂ©rer dĂ©vastateur et aggraver l’état du sujet en question.

Au contraire, ĂȘtre un vrai ami, consiste Ă  rĂ©aliser que certaines situations nous dĂ©passent. Être de bonne volontĂ© ne suffit malheureusement pas Ă  aider une personne Ă  surmonter une situation difficile. Le cĂ©lĂšbre penseur allemand Nietzsche disait Ă  propos de l’amitiĂ© :


« L’ami doit ĂȘtre passĂ© maĂźtre dans l’art de deviner et dans l’art de se taire ».

LES BIENFAITS THÉRAPEUTIQUES

Aucune relation amicale, aussi forte qu'elle puisse ĂȘtre, ne peut ĂȘtre un substitut au travail thĂ©rapeutique. En effet, la vĂ©ritable aide consiste Ă  reconnaitre que l'on ne peut pas aider la personne et qu'elle a besoin d'un professionnel.

Ce dernier possÚde de véritables compétences telles que l'écoute thérapeutique, l'analyse et la compréhension des mécanismes psychologiques et autres schémas cognitifs.

Écoute thĂ©rapeutique VS Ă©coute bienveillante 🗣👂

L’écoute dite thĂ©rapeutique est sensiblement diffĂ©rente de celle bienveillante d’une discussion entre amis. La visĂ©e des deux types d’écoute est totalement distincte. D’une part, l’écoute bienveillante a pour objectif de se tenir informĂ© des Ă©lĂ©ments apportĂ©s par la parole de la personne en souffrance.


C’est une Ă©coute qui se suffit quasiment Ă  elle-mĂȘme dans le sens oĂč elle sert de caisse de rĂ©sonance Ă  la plainte de l’interlocuteur.

D’autre part, la visĂ©e de l’écoute thĂ©rapeutique est de trouver des explications. Elle nĂ©cessite un dosage subtile entre une attention ni trop forte ni trop distance afin de ne pas Ă©touffer le patient durant le dialogue ni de l’abandonner Ă  ses questions. Elle se concentre sur les Ă©lĂ©ments verbales et non verbales du patient.

Vision court terme et long terme ⏳

Cette distinction au niveau de l’écoute entre le psychologue et l’ami influence Ă©galement la nature de l’échange. Une fois l’écoute terminĂ©e, l’ami se risque Ă  Ă©mettre un avis ou formuler un conseil. Il donne une solution Ă  court terme pour tenter d’attĂ©nuer la douleur prĂ©sente chez son interlocuteur.


Au contraire, le psychologue va creuser en profondeur afin de comprendre les causes et raisons du problĂšme initial. Pour ce faire, il va questionner son patient jusqu’à que celui-ci arrive par lui-mĂȘme Ă  la comprĂ©hension et la rĂ©solution de son problĂšme. Ainsi avec le travail d’un psychologue, on ne se contente pas de trouver une solution mais on empĂȘche que le problĂšme se dĂ©clenche.

Votre ami n'est pas un psychologue tout comme le psychologue ne sera jamais votre ami.


Chacun doit savoir rester Ă  sa place pour jouer son rĂŽle au mieux et vous permettre d’ĂȘtre le plus Ă©panoui(e) possible. Un vrai ami vous tire vers le haut. Le vĂ©ritable lien amical revient Ă  dire :


“Je t’aime fort, je t’aime beau.”