Rechercher
  • ClĂ©ment Chaudier

Le " transfert " en thĂ©rapie : qu'est-ce que c'est ? đŸ€š

Diffusée sur Arte la série "En thérapie", à travers le personnage d'Ariane, met en avant une notion clef en psychothérapie : le transfert.



Qu’est-ce que le transfert en psychanalyse ?


Le transfert consiste à déplacer ses affects, émotions et ressentis passés (souvent infantiles) sur le psychanalyste.

Ces Ă©motions peuvent aussi bien ĂȘtre positives que nĂ©gatives ; dans tous les cas elles se manifestent de maniĂšre excessive. Ainsi, dans la sĂ©rie « en thĂ©rapie », Ariane tombe follement amoureuse de son psychanalyste au bout de quelques mois de thĂ©rapie.


Cet exemple souligne le dĂ©placement de dĂ©sir sur une personne Ă  qui originellement il ne s’adressait pas pour la simple et bonne raison que le souvenir du lien vĂ©cu jadis a disparu de la mĂ©moire.

Pourquoi le transfert s’opĂšre-t-il entre le patient et le thĂ©rapeute ?

Le transfert est une Ă©tape tout Ă  fait normale et mĂȘme logique. En effet, lors de la psychanalyse, le processus de soin va balayer l’ensemble des relations, histoires et Ă©vĂ©nements marquants du patient.


L’analyse de l’histoire de vie du patient a donc parfois pour consĂ©quence directe ce transfert de dĂ©sir inconscient.


La personne va ainsi rejouer l’ensemble des relations qu’elle entretenait avec son analyste.

Par ailleurs, le transfert ne se limite pas seulement Ă  la psychanalyse. Au sein de la psychologie, on peut trouver trace de transfert dans d’autres types de thĂ©rapie. NĂ©anmoins, la psychanalyse par son format (durĂ©e, mĂ©thode) et ses enjeux le favorise. Enfin, nous le retrouvons dans toutes les relations interhumaines que ce soit Ă  l’école, au travail, dans nos relations amicales



A quoi sert-il ?


Le transfert est un Ă©lĂ©ment capital dans la progression de la thĂ©rapie. Freud le dĂ©finit mĂȘme comme : le moteur de tout travail analytique.


En ce sens il s’oppose Ă  l’autre grande figure de la psychanalyse, Jacques Lacan, qui juge que le transfert n’est autre qu'une rĂ©sistance inconsciente. C’est-Ă -dire un mĂ©canisme de diversion pour Ă©viter de traiter un problĂšme plus profond.


« Le transfert, destinĂ© Ă  ĂȘtre le plus grand obstacle Ă  la psychanalyse, devient son plus puissant moteur si on le perçoit et qu’on en traduit le sens Ă  l’analysant ».


Freud est convaincu que si l’objet et les origines du transfert Ă©prouvĂ© Ă  l’égard du psychologue (dĂ©sir amoureux, sexuel, haine, peur) sont expliquĂ©s au patient alors celui-ci sera capable de se dĂ©barrasser des traumatismes qui en sont la cause.


« Il convient de maintenir ce transfert, tout en le traitant comme quelque chose d’irrĂ©el, comme une situation qu’on traverse forcĂ©ment au cours du traitement et que l’on doit ramener Ă  ses origines inconscientes, de telle sorte qu’elle fasse ressurgir dans le conscient, tout ce qui, dans la vie amoureuse de la personne en souffrance Ă©tait restĂ© le plus secret et qui maintenant pourra aider cette derniĂšre Ă  le contrĂŽler »


De plus, le transfert est la preuve concrĂšte de la confiance du patient envers le psychologue et ses connaissances.

Si ce dernier arrive inconsciemment Ă  transfĂ©rer des Ă©motions vis-Ă -vis de l’analyste c’est uniquement parce qu’il est convaincu que le psy possĂšde toutes les rĂ©ponses Ă  ses questions.


Comment doit réagir le psychologue ?


DĂšs lors que le transfert opĂšre comment le psychologue doit-il rĂ©agir afin de prĂ©server l’alliance thĂ©rapeutique avec son patient ?


Le premier devoir du psychanalyste est de faire comprendre au patient la nĂ©cessitĂ© de verbaliser les Ă©motions et ressentis qu’il Ă©prouve.

Rien ne doit ĂȘtre censurĂ© pour permettre Ă  la thĂ©rapie de faire son travail en creusant chaque Ă©lĂ©ment.

Une fois que les Ă©lĂ©ments autour du transfert ont Ă©tĂ© discutĂ©s, il est impĂ©ratif pour le psychanalyste de marquer la bonne distance vis Ă  vis de son patient. Cette distance est nĂ©cessaire pour ne pas rompre l’alliance avec le patient et ainsi prĂ©server son efficacitĂ©.


Les rapports et échanges doivent rester strictement professionnels. Ainsi, le psychologue ne doit jamais répondre ou rentrer dans le jeu du patient lorsque le transfert opÚre. Cela va à l'encontre du protocole psychanalytique établi par Freud.